RSS

1) Impact des nouveaux programmes, des manuels scolaires et de l’approche par les compétences.

6 novembre 2010

20.Saida

Introduction.

            L’école est un lieu où l’apprenant poursuit un cheminement tout au long du quel, il acquiert des connaissances, développe des habiletés des capacités et des aptitudes.

         La refonte de la pédagogie introduite à partir de l’année 2002 constitue l’axe principal et l’élément moteur qui a induit toutes les actions initiées depuis, sur les différentes composantes du système éducatif.

         A travers un projet pédagogique cohérent et pertinent on a cherché à développer chez les jeunes apprenants le goût d’apprendre afin de susciter chez eux une curiosité qui les incitera à aller rechercher le savoir et qui sera plus tard à la base de cette quête permanente de solutions à des situations problèmes.

         Les programmes actuels riches, équilibrés et modernes puisent leur fondement dans les valeurs de la société qui veut aller de l’avant.

         Ces programmes intègrent les récentes découvertes des sciences et de la technologie ce qui suppose que l’institution sera ce lieu d’apprentissage où s’acquiert des savoirs pertinents et valides.

         Les méthodes et les moyens d’enseignement et en particulier le manuel scolaire ont été adaptés aux besoins et aux rythmes d’apprentissage des apprenants en tenant compte des nouvelles TIC (Technologie de l’information et de la communication)  et de ce qu’elles peuvent apporter de plus à l’acte pédagogique et les démarches éducatives.

                   L’introduction précoce du FLE en tant que première langue étrangère a pour objectif, sans aucun doute, de doter les apprenants d’atouts indispensables pour réussir dans le monde de demain.

         L’introduction  de l’enseignement du français ambitionnée de faire en sorte que la première langue étrangère n’ait plus seulement pour objectif, la communication dans cette langue par le biais de thème simple et l’accès de documentation de niveau abordable mais viserait une maîtrise suffisamment élevée de la langue pour l’utiliser :

-         comme outil de communication selon des situations élaborées voire complexes.

-         Comme outil d’acquisition des connaissances et des compétences qui se rapportent à certaines disciplines dispensées au niveau de l’enseignement supérieur.

 

A – Les programmes.

             De nos jours il nous faut parler beaucoup plus de curriculum que de programme, pour la simple raison que le concept ‘‘curriculum’’ englobe l’ensemble des influences auxquelles l’apprenant est exposé , des activités d’apprentissages auxquelles il participe, des méthodes et des moyens mis en œuvre et des procédures d’évaluation retenues.

         Le programme du FLE est basé  sur les approches par les compétences qui est aujourd’hui largement promue dans de nombreux systèmes éducatifs.

         Cette approche vise à rendre les apprenants capables de mobiliser leurs savoirs et savoir – faire pour résoudre des situations problèmes.

         Dans cette perspective l’évaluation des acquis prend une nouvelle dimension.

         L’évaluation qui n’est pas une fin en soi, devra être le phare qui, non seulement orientera et guidera l’action, mais servira d’abord les apprenants dans leur cheminement (évaluation formative). Avant d’être l’outil – Evaluation certificative qui sanctionne leurs productions.

La nouvelle méthodologie intègre l’évaluation comme moment privilégié  dans les apprentissages, la pédagogie différenciée est devenue une nécessité. Force est de constater que la population scolaire est très importante, les classes sont surpeuplées et le niveau des apprenants  est hétérogène. Chaque apprenant ou groupe d’apprenants doit faire l’objet d’un suivi particulier. Or, dans les conditions actuelles, les travaux de groupes s’avèrent impossibles car, en premier lieu,  la gestion de l’espace classe pose problème certains établissements sont conçus avec des salles où les normes ne sont pas respectées. En second lieu, le nombre d’apprenants par division pédagogiques rend la tâche difficile, voire impossible. Enfin, les nouvelles recrues et les contractuels ne sont pas capables de gérer des situations aussi difficiles que délicates qui exigent un savoir-faire et de la motivation.

Des journées de formation ont été programmées dans cette perspective durant le mois de janvier pour sensibiliser les enseignants à la nouvelle méthode d’évaluation préconisée par l’office national des examens et concours, mais beaucoup reste à faire dans ce domaine.

  Pour qu’il y ait un suivi effectif et que l’évaluation sommative et formative  soient fiables, certaines conditions doivent se réunir :

-         réduction de l’effectif dans les divisions pédagogiques;

-         former les enseignants dans le domaine de l’évaluation et surtout lier la théorie à la pratique effective  de la classe;

-         emmener les enseignants à changer d’attitude vis-à-vis de la formation en les motivant et les encourageant à utiliser de nouvelles techniques et instruments de mesure, des grilles d’observation et d’évaluation;

Principes méthodologiques:

L’appropriation de la langue s’appuie sur une taxonomie ayant pour objectif d’apprendre à l’apprenant- partenaire à mémoriser, substituer, systématiser, reformuler, réemployer, reproduire, et produire de courts énoncés.

La commutation, la permutation, la suppression et l’addition sont utilisées pour

les apprentissages linguistiques.

         Pour l’initiation du code oral de la langue, l’acte de parole par opposition au dialogue en situation (4AF) qui découle de la méthode SGAV est préconisé.

Il nous semble que cette démarche pédagogique est plus rentable dans la mesure où l’acte de parole en tant qu’action  qu’accomplit la parole est plus pertinent.

         En partant du « dire, c’est faire », les diverses situations de communication prennent en charge ce postulat.

L’influence de l’apprentissage de la L1 sur celui de la langue L2 est prise en charge par les programmes. Ce transfert indirect est positif dans la mesure où il y a une aide et une facilitation pour acquérir les premières notions de la langue étrangère.

 

 

 

 

 

 

 La démarche du projet:

Les projets qu’ils soient à dominante orale ou à dominante écrite sont accessibles à l’âge mental de l’apprenant.

Seulement, vu les effectifs élevés, l’interaction est nulle et un travail  répondant à une dynamique des groupes relève de l’impossible. L’évaluation des acquis dépend de facteurs humains et matériels.

 

Implications pédagogiques:

             Il est noté qu’une place prépondérante est réservée aux activités d’écoute et de compréhension bien que certains supports linguistiques soient longs et exigent un laps de temps conséquent.

L’apprentissage de la lecture se fait par le décodage et la compréhension en amenant l’apprenant à faire des hypothèses à partir de plusieurs indices linguistiques et iconiques.

Certains supports linguistiques sont des documents authentiques qui exigent une approche textuelle que les enseignants ne maîtrisent pas toujours.

L’acte d’écrire fait l’objet d’un entraînement régulier et méthodique qui suppose la création au sein des classes de langue des ateliers d’écriture.

Le métalangage n’est pas pris en charge et la construction de la langue s’élabore en faisant appel à l’implicite et l’explicite.

La pédagogie du projet étant une situation fort complexe qui  met en œuvre plusieurs compétences, est un cadre de travail judicieux mais qui exige un nombre peu élevé d’apprenants en classe.

 

Compétences et objectifs d’apprentissage ;

Ils sont bien définis au niveau des deux codes de la langue.

Afin d’amener l’apprenant à acquérir la maîtrise du système phonologique et prosodique et du système graphique du FLE,

la construction du sens d’un support linguistique, la communication orale et écrite 

la production (reproduction), la réception et la production sont assurées par le biais de supports motivants.

Remarque: le programme proposé est explicité avec des documents : guides du maître et document d’accompagnement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

B – L’impact du manuel scolaire :

Le manuel scolaire est l’un des moyens d’apprentissage et d’enseignement les plus répandus dans notre système éducatif.

C’est un second tuteur pour l’apprenant. Sa qualité, son contenu et son esthétique déterminent en grande partie la capacité d’attraction qu’il peut exercer sur l’élève particulièrement dans les premières années de sa scolarité. Néanmoins face à la pression des effectifs et à l’urgence des situations qui ont suscité son élaboration, son impression et sa mise à disposition rapide, ces aspects n’ont pas toujours fait l’objet d’attention étant donné que le ministère était beaucoup plus préoccupé par la disponibilité quantitative.

Toute fois, la qualité matérielle des 3 manuels proposés convient à l’âge des élèves sur le plan du format, du volume (nombre de pages), des illustrations, de la couleur, des caractères d’écriture.

Les manuels sont abondamment illustrés car il s’agit du début de l’apprentissage (surtout la 3°AP) première et deuxième année d’apprentissage.

Les élèves sont jeunes et l’image joue un rôle double : sa fonction esthétique et elle apporte aussi un complément d’information, son exploitation aide à la compréhension et elle favorise l’expression orale.

Le graphisme est adapté à l’âge de l’élève, le vocabulaire est accessible aux apprenants mis à  part le manuel de 5°AP qui comporte des textes assez longs authentiques, littéraires, par conséquent difficile à exploiter.

Le manuel, dans sa structure comprend des pages documents (différents tableaux pour usage autonome.)

Les thèmes retenus sont relatifs à l’école, à la famille, à l’environnement immédiat de l’apprenant. Ces thèmes sont porteurs de valeurs comme le civisme, la solidarité, le respect d’autrui, la valeur du travail le respect de l’environnement. Chaque projet est porteur d’un thème décomposé en sous thème dans les séquences.

Le manuel scolaire de 3AP est constitué de 4 projets chaque projet déroulé se compose de 3 séquences.

La 4 AP 3 projets chaque projet constitué de 3 séquences.

La 5 AP 6 projets, après l’allégement il ne reste que 4 en tenant compte de la typologie suivante : 2 projets → texte narratif.

                              1 projet   → texte documentaire

                              1 projet   → texte explicatif.

         Le manuel scolaire de 4AP est constitué de :

-         Un avant propos.

-         Un sommaire.

-         Une double page pour la présentation du manuel.

-         Une séquence appelé ‘‘atelier de lecture’’.

-         Les projets : 3 projets constitués de 3 séquences chacun.

-         Une partie consacrée aux points de langue.

-         Une table des matières.

La séquence se compose des activités suivantes :

-         Oral:

-         Ecoute le texte = CO  (histoire racontée) avec un acte de parole

Je répète = systématisation répétition

Oral / écrit : je dis, je lis = activité de préparation à la lecture.

          L’écrit → je lis – lecture / compréhension.

-         Vocabulaire

-         Orthographe

-         Grammaire

-         Conjugaison.

J’apprends à écrire – activité de préparation à l’écrit.

Je m’entraîne.

Je lis  lecture  (2ème texte).

                     Activité de lecture.

J’apprends à écrire activité de préparation à l’écrit.

        Je m’entraîne      ..        ..        ..           ..    ..

                        Production écrite

-         Evaluation.

-         Atelier de lecture.

-         Réalisation du projet (préparation).

 

Remarque :

L’application du manuel scolaire de 4°AP a posé problème aux enseignants étant donné que les apprenants, en 3°AP ont utilisé le manuel scolaire de 2AP (le monde de Didine) où la primauté est accordée à l’oral alors que les nouveaux manuels de 3AP et 4AP sont axés beaucoup plus sur l’écrit par le biais de textes authentiques et fabriqués et des activités de production et de préparation à l’écrit (avant l’activité de production deux rubriques sont prévues : j’apprends à écrire, je m’entraîne).

Il est à signaler aussi que la consolidation des mécanismes de la combinatoire a été occultée .Il s’avère nécessaire de proposer aux apprenants des exercices systématiques oraux de lecture (combinatoire) lors des séances de rattrapage et de soutien.

Un matériel didactique (collectif et individuel) sous forme d’affichettes, d’étiquettes illustrées conçu par  l’ONPS aurait mieux facilité la tâche de l’enseignant.

                    Des cassettes audio en tant qu’auxiliaires pour présenter les chansonnettes et les comptines faciliteraient l’action pédagogique du maître, surtout pour la 3°AP.

                     Toutefois, il est à noter que les objectifs d’apprentissage et les  compétences qui en découlent sont pris en charge par le contenu des manuels.

                     Le traitement didactique du savoir académique est pris en charge ainsi que la cohérence des projets par rapport à la langue d’enseignement (interdisciplinarité).

                     Pour favoriser la transmission des connaissances et contribuer au développement d’attitude d’auto apprentissage, les concepteurs se sont souciés du rôle de l’apprenant en tant que partenaire.

   Les fonctions des manuels sont en relation directe avec leur utilisation sur le terrain.

 

 

 

 

 

 

 

C – Approche par les compétences :

         Si on parle de « compétences » dans le milieu de l’éducation, c’est pour mettre l’accent   sur le développement personnel et social de l’élève. C’est donc, dans la perspective d’une appropriation à la fois durable et significative des savoirs que s’impose, dans les programmes, l’entrée par les compétences.

       « L’approche par les compétences traduit le souci de privilégier une logique d’apprentissage centrée sur l’élève, sur ses actions et réactions face à des situations- problèmes, par rapport à une logique d’enseignement basée sur les savoirs et sur les connaissances à faire acquérir», cf. Référentiel Général des Programmes.

       Les compétences sont un ensemble de savoirs, savoir-faire et savoir-être qui deviennent les buts de l’enseignement/apprentissage à partir de situations- problèmes qui composent des situations d’apprentissage. Ainsi, l’élève est-il amené à construire ses savoirs et à organiser efficacement ses acquis (soit un ensemble de ressources) pour réaliser un certain nombre de tâches.  

      Chaque compétence se démultiplie en composantes qui se traduisent en objectifs d’apprentissage. Chaque objectif  permet d’identifier des actions pédagogiques précises, adaptées à un niveau déterminé. C’est à partir des objectifs sélectionnés que se dégage le dispositif d’enseignement/apprentissage sur la base du triptyque : activités, contenus, évaluation.

Seulement il est constaté que les enseignants éprouvent une certaine appréhension quant à l’application de cette méthodologie et lui préfèrent  une certaine directivité qui n’a pas lieu d’être.

Des actions de formation prennent en charge les difficultés inhérentes à l’approche par les compétences.

Le plan de formation élaboré cette année est consacré à la compréhension de l’écrit. Le constat n’est pas encourageant c’est ce qui a dicté le choix du thème.

A travers les opérations planifiées pour l’année en cours, l’on a voulu mettre en exergue l’apport des activités linguistiques dans l’approche des textes.

Comment l’on pourrait exploiter ces activités dans la compréhension du texte et par là même amener l’apprenant à les préparer afin de l’aider à participer à son apprentissage et le doter d’outils lui permettant également d’écrire : produire un énoncé oral ou écrit.

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Diana et Thierry |
La Coquelicote |
lilicorentin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dididoune
| Un grain de sable dans le d...
| LUNA