RSS

L’instit, ce mythe vivant est disparu Souffles… Par : Amine Zaoui

16 juin 2011

Coupures de journaux

L’instit, ce mythe vivant est disparu Souffles… Par : Amine Zaoui dans Coupures de journaux Amin-zaoui-300x179logo_imp dans Coupures de journaux
Edition du Jeudi 12 Mai 2011

Culture

L’instit, ce mythe vivant est disparu

Souffles…


Par : Amine Zaoui

 

Même s’il était de petite taille, à nos yeux notre instit était grand. Le plus grand de tous les hommes du village et de tous ceux qui habitent les hameaux avoisinants.

L’instit est toujours grand, capable de toucher le ciel. Cueillir les étoiles les plus lointaines sans monter sur une échelle. Le nœud simple et bien fait d’une cravate fine avec une chemise classique blanche. Toujours propre. Une paire de chaussures noire bien cirée, toujours hautement cirée. Ainsi fut notre instit. Le vôtre aussi. Il nous faisait peur. Ce n’était pas une peur mais une sorte de sentiment  profond et incompréhensible. Entre amour, fascination et respect. La première fois que j’ai vu une paire de lunettes posée sur un nez, c’était sur celui de mon instit. Et depuis, toute image de lunette est liée à celle de l’instit. Dans le village, il ne passait pas inaperçu. Il était écouté et respecté. De temps en temps, je fréquentais le petit café du village, mais je n’avais jamais aperçu mon instit dans cet espace bruyant. Je faisais toutes les acrobaties possibles afin qu’il ne me voie pas attablé dans ce lieu réservé aux adultes. Dès que je le croise sur mon chemin, la tête baissée, je change de trottoir. Il avait une démarche spéciale et unique. Une démarche à lui seul. J’ai toujours imaginé notre instit comme l’homme le plus riche de la terre. Il n’avait pas besoin d’argent. Tout ce qu’il demandait, tout ce qu’il voulait était exaucé. Comment ? Je ne l’ai jamais imaginé dans le besoin des autres. Au contraire, c’était lui qui venait au secours des autres. Toujours souriant, enthousiaste ! Raisonnant. Il détenait toutes les solutions de tous les problèmes des villageois. Magie et magique! Vous vous souvenez des noms de vos instits. Moi, les noms de mes instits je les ai bien mémorisés. Ils s’appelaient Si Daoudi, Si Hamid, Si Dahmane, Si Chérif.
Aujourd’hui il n’y a plus d’instit. Le monde est sombre. Triste. Vide. Aveugle. Beaucoup d’écoles, des milliers d’écoles sont bâties. Elles ressemblent à des fantômes. Certes, dans ces écoles, existent des classes avec des tableaux noirs, des brosses, des craies de toutes couleurs et des fenêtres, mais sans âme. Le maître du lieu fut l’instit. Les cahiers scolaires de douze, de vingt-quatre ou quarante-huit pages portaient en 4e de couverture les tables d’addition de soustraction et de multiplication. Ces cahiers  magiques n’ont plus d’existence. Jadis, ils dégageaient l’odeur  mystérieuse d’encre et le parfum de poésie. Le maître ne fascine plus. Plus de nœud bien fait d’une cravate fine avec une chemise blanche classique. Rien sur rien! Plus de ce respect-là  qui ressemblait au sentiment de crainte. Les livres scolaires jadis ensorcelants et prenants  sont déplumés de leurs beaux textes. L’arbre est effeuillé de ses poètes :   Dib, Kateb Yacine, Aragon, Malraux, Sartre, Zola, Balzac, Taha Hussein, Tawfik al Hakim, May Ziadah, Elia Abu Madi, Georgi Zaydane, Abu al Qasim Chabbi…  l’élève partage avec son maître le trottoir, le café, le portable et même la cigarette !Rendez à l’école son instit avec le nœud unique de sa cravate fine. Rendez au village la démarche impériale de l’instit sur le trottoir. Rendez à l’instit le ciel plein d’étoiles à cueillir.

A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Une réponse à “L’instit, ce mythe vivant est disparu Souffles… Par : Amine Zaoui”

  1. elilm Dit :

    Bonjour. Merci pour ta visite. J’espère qu’elle ne sera pas la dernière. Je viens de débarquer sur  »unblog » et j’essai de lier des relations.
    A propos de l’instit, Amin Zaoui nous ramène à une époque lointaine où cet homme et son métier étaient appréciés. L’apprentissage et le savoir avaient leurs valeures. Aujourd’hui il n’ya que l’argent qui compte et il n’a plus d’odeur.

    Dernière publication sur Un coin du Paradis : A Review of Literature Review Writing Service

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Diana et Thierry |
La Coquelicote |
lilicorentin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dididoune
| Un grain de sable dans le d...
| LUNA