RSS

ES THEORIES DE L’APPRENTISSAGE La linguistique appliquée à l’enseignement des langues étrangères.

1 mars 2013

A. A B B O U D

fichier doc 24.Doc.Péd.C.05.La linguistique appliquéeDIRECTION DE L’EDUCATION                           INSPECTION DE L’ENSEIGNEMENT 

DE LA WILAYA DE TLEMCEN                      FONDAMENTAL  -  REMCHI (Français).

 

Décembre 1995.

LES THEORIES  DE L’APPRENTISSAGE

La linguistique appliquée à l’enseignement des langues étrangères.

 

INTRODUCTION :

       Née en 1916 avec la publication du « Cours de linguistique générale » de Ferdinand de SAUSSURE, la linguistique n’avait aucun lien évident avec l’enseignement des langues étrangères.

La preuve en est que pendant longtemps le professeur de langue a pu ignorer les recherches linguistiques considérant que sa discipline était un art et non une science.

Une autre preuve, les professeurs de langue d’autrefois ne recevaient aucune initiation à la linguistique dans leur formation professionnelle et même si l’enseignant lit un ouvrage de linguistique, il a du mal à voir l’exploitation qu’il va pouvoir en faire dans sa classe.

Il fallait pour cela les nécessités de la guerre (1939-1945) qui rendaient urgent un enseignement efficace et rapide d’un nombre de langues. En abandonnant quelque temps ses analyses linguistiques pour se mettre à enseigner une langue, BLOOMFIELD devenait sans doute le 1° « linguiste appliqué » et créait sans le savoir la « linguistique appliquée à l’enseignement des langues ».

Quels sont donc les principes fondamentaux de cette linguistique appliquée ?

Ses principes découlent des caractéristiques de la linguistique moderne.

 

1- LANGUE PARLEE – LANGUE ECRITE :

La langue française se subdivise en deux langues : le français parlé et le français écrit. A un niveau commun, les deux codes n’ont ni la même morphologie ni la même grammaire ni les mêmes moyens expressifs. Les linguistes démontrent que langue orale et langue écrite représentent deux systèmes différents dans leur fonctionnement.

Séparer l’oral de l’écrit c’est donc faciliter le processus d’apprentissage en donnant la priorité à la forme orale du langage.

Commencer par l’oral c’est suivre l’ordre naturel, historique, génétique des choses : les langues sont d’abord parlées avant d’être écrites.

La plupart des méthodes modernes d’enseignement sont audio-orales ou audio-visuelles. Tous les muscles du visage et du corps sont en action dans l’expression orale où gestes et mimiques jouent un si grand rôle. En fait, c’est toute la personnalité du sujet parlant qui est en jeu.

 

 

2- LANGUE – PAROLE :

La langue et la parole sont très dépendantes l’une de l’autre comme le recto et le verso d’une feuille. Cependant, on donne une certaine priorité à la langue parce que la langue est la base de la parole. La parole c’est tout ce qui est émis, c’est le particulier à chaque individu alors que la langue est commune, c’est le général. SAUSSURE disait que la langue est un code et la parole est la pratique de ce code. Exemple en phonologie / phonétique : il n’existe qu’un seul phonème / i / en français par contre il existe une infinité de sons « i » parce qu’en pratique, chaque individu peut prononcer cet élément d’une façon différente. Or pour communiquer, il faut avoir un code commun. On dit qu’il faut « parler la même langue ».

Les milieux socio-culturels influent sur la langue et nous amènent à constater qu’il existe différents niveaux de langue où vocabulaire, syntaxe, accentuation, … varient en fonction des situations et des usagers.

On enregistre cinq niveaux ou registres de langue :

-         La langue populaire (langue relâchée, argotique).

-         La langue familière (ex : conversation « non surveillée »).

-         La langue commune ou standard (ex : conversation courante).

-         La langue soutenue (vocabulaire précis, syntaxe recherchée).

-         La langue oratoire (langue très soutenue, classique).

On reconnait aussi d’autres parlers utilisés en fonction des circonstances :

-         Le dialecte (le parler d’une communauté linguistique assez vaste).

-         Le patois (parler d’un village).

-         Le jargon (parler d’un milieu professionnel).

-         L’argot (autrefois, c’était un code secret : impuretés, vulgarités).

-         L’idiolecte (parler spécifique / particulier d’un individu).

Toutes ces considérations nous poussent à opter objectivement pour le choix d’une  « bonne » façon de parler et d’écrire. Cela revient donc à privilégier l’enseignement d’une langue standard (un registre commun à tous les usagers).

 

3- SYNCHRONIE – DIACHRONIE :

La synchronie est l’étude de la langue à un moment donné du temps. La diachronie est l’étude de la langue à travers le temps. La première est statique et descriptive, la seconde est évolutive et historique.

Certes, toute langue est en perpétuelle évolution mais il va de soi que c’est surtout la langue qui est en usage (contemporaine) qu’il faut étudier. On doit s’appuyer sur ce qui se dit et ce qui est acceptable aujourd’hui comme critère de correction et non pas sur l’histoire de la langue (exemple : l’étymologie des mots). C’est pour cette raison qu’on privilégie l’étude synchronique de la langue.

 

4- DESCRIPTIF – NORMATIF :

Descriptif s’oppose à normatif : une grammaire normative est faite de normes, de règles sur ce qu’il faut dire « le bon usage » par contre la linguistique est descriptive. Elle ne se propose pas de faire des théories dans l’abstrait. C’est à partir de la phrase, d’un corpus qu’elle dégage le fonctionnement des différents constituants du discours.

 

5- LE CARACTERE INDEPENDANT  DES LANGUES :

       Les langues ont un caractère indépendant et arbitraire. Cela veut dire par exemple que le lexique et les catégories grammaticales du français et de l’arabe ne sont pas nécessairement les mêmes. Le recours à la traduction inter-langues favorise l’émergence du phénomène des interférences linguistiques.

Pour faciliter l’apprentissage d’une langue étrangère, il y aura intérêt à plonger l’apprenant directement dans le système de la langue cible sans passer par l’intermédiaire de la langue maternelle.

Pour créer de nouvelles habitudes linguistiques et éviter les habitudes déjà fortement ancrées de la langue maternelle, l’utilisation d’une méthode directe avec des auxiliaires audio-visuels s’avère indispensable.

 

6- LA LANGUE COMME INSTRUMENT DE COMMUNICATION :

Rôle très important entre individus d’une même communauté linguistique. « Elle facilite le besoin de communication » (Martinet). Un cours de langue étrangère ne peut être efficace que s’il satisfait ce besoin. Cela donne une justification à l’emploi du discours (surtout le dialogue) comme point de départ d’un cours pour débutants.

Pour qu’il y ait communication, il faut la présence d’un certain nombre d’éléments indispensables à savoir : l’émetteur, le récepteur, le message, le code, le canal et le référent. Dans une perspective pédagogique, il faut aussi tenir compte du phénomène des  « bruits » qui peuvent affecter à des degrés divers la transmission du message.

 

7- LA LANGUE EN TANT QUE SYSTEME DE SIGNES :

        La langue est un ensemble d’éléments structurés et organisés dépendants les uns des autres : d’où les notions de système, de structure et de structuralisme dans la langue. La langue est ainsi formée de trois structures ou systèmes : le système phonologique, le système morpho-syntaxique et le système lexical.      

       Ce principe nous amène à considérer la langue comme un tout indivisible. Les applications pédagogiques de ce principe :

-         Prendre la phrase comme unité de base (et non le mot isolé).

-         Intégration des activités de langue dans le cadre du projet.

 

                                                                                                         A.  ABBOUD

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Diana et Thierry |
La Coquelicote |
lilicorentin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dididoune
| Un grain de sable dans le d...
| LUNA