RSS

Les apprentissages linguistiques (vocabulaire, grammaire, conjugaison et orthographe) en 3°AP, 4°AP et en 5°AP.

REPUBLIQUE  ALGERIENNE  DEMOCRATIQUE  ET  POPULAIRE.

MINISTERE  DE  L’EDUCATION  NATIONALE.

 Télécharger le document :fichier doc Doc.Péd.C.15.Apprentissages linguistiques

Les apprentissages linguistiques (vocabulaire, grammaire, conjugaison et orthographe) en 3°AP, 4°AP et en  5°AP. dans 09.Bechar images-4DIRECTION DE L’EDUCATION                          INSPECTION DE L’ENSEIGNEMENT

 DE LA WILAYA DE BECHAR.                       FONDAMENTAL – BECHAR 13 (Français).

JOURNEES  D’ETUDE

                                                   DU MOIS DE JANVIER 2008.

 THEME : Les apprentissages linguistiques (vocabulaire, grammaire, conjugaison et orthographe) en 3°AP, 4°AP et en  5°AP.

Introduction :

                   Les apprentissages linguistiques  sont des activités de structuration. Ils sont centrés exclusivement sur l’étude du fonctionnement de la langue française. Il s’agit de l’enseignement / apprentissage du code  de la langue – dit  aussi moyens linguistiques, points de langue ou faits de langue – à travers les activités suivantes : vocabulaire, grammaire, conjugaison et orthographe.

  I -GENERALITES:

        1- Les conceptions:

                    1.1- Ancienne conception : L’enseignement du code écrit (vocabulaire, grammaire, conjugaison, orthographe) était fondé essentiellement sur une étude notionnelle (donner de notions, exemple : les catégories grammaticales) et une étude normative (donner des normes, des règles) de la langue.

                        Il s’agissait d’un enseignement exclusivement théorique et cloisonné des notions linguistiques et des matières. On visait d’une façon particulière l’installation d‘une compétence linguistique (maîtrise d’un Savoir) au détriment de l’installation d’une compétence communicative (Savoir – faire).

                       Ce type d’enseignement fondé sur l’inculcation des notions faisait beaucoup plus appel à la mémoire qu’à la réflexion. Enfin, il avait suffisamment montré ses limites.

                   1.2-   Nouvelle conception : Les apprentissages spécifiques (ou activités de structuration) tels que le vocabulaire, la grammaire, la conjugaison et l’orthographe ne sont plus considérés comme des leçons (cours magistraux) sur le fonctionnement de la langue : il s’agit d’exercices écrits à faire faire en classe collectivement et individuellement.

                       Ces exercices sont exclusivement pratiques. Ils ne constituent plus une fin en soi mais un moyen, une médiation qui préparerait l’apprenant à l’acte d’écrire (la confection d’un énoncé).

                       Ce type d’enseignement / apprentissage fondé sur l’implication des différents partenaires de la classe fait appel à la pédagogie de la découverte : à partir de la manipulation intensive (expériences), les apprenants découvriront eux-mêmes le fonctionnement de la phrase.

 

        2 – Les caractéristiques des activités :

                 3°AP :

                     a)- Il s’agit d’un enseignement occasionnel : il n’y a pas de séances spécifiques pour ce type d’enseignement. A travers les différentes activités de langue (en toute occasion), on introduit l’enseignement / apprentissage des moyens linguistiques.

 Exemples : – En lecture / écriture / copie : Initiation à l’orthographe.

                     - En langage (structures) : Grammaire (syntaxe), conjugaison (formes verbales).

                     – En compréhension orale / lecture / langage : Lexique (vocabulaire thématique).

                      b)- Les moyens linguistiques ne constituent pas une progression imposée. L’enseignant(e) mobilisera les points de langue en fonction des besoins des élèves et par rapport aux situations d’enseignement / apprentissage dans le cadre du projet.

                      c)- Il s’agit d’un enseignement / apprentissage implicite / intuitif. Cela signifie que l’enseignant(e) fera manipuler les faits de langue sans forcément les nommer. Il/Elle fera respecter les normes de la langue sans pour autant faire une leçon de vocabulaire, de grammaire, de conjugaison ou d’orthographe. Ainsi l’apprentissage est conçu uniquement comme une pratique permettant à l’élève d’intégrer les formes linguistiques dont il a besoin.

               4°AP / 5°AP :

                       a)- Il s’agit d’un enseignement / apprentissage systématique : Les séances de langue (vocabulaire, grammaire, conjugaison et orthographe) sont planifiées dans le déroulement de chaque séquence du projet.

                       b)- Les moyens linguistiques sont mobilisés en fonction du projet à réaliser. Il existe un programme concernant les apprentissages linguistiques.

                       c)- Les points de langue retenus font l’objet d’un enseignement / apprentissage explicite / réfléchi. L’élève va  peu à peu apprendre à identifier et à nommer les faits de langue. Il est question d’amener l’apprenant, d’abord, à observer un fait de langue ensuite le comprendre (analyse) et déduire la règle qui le sous-tend (qui régit son fonctionnement) et enfin le manipuler dans d’autres contextes.

  3- Les critères de construction d’un exercice écrit :

         3.1- Contextualisation des notions linguistiques : prendre la phrase comme unité de base (et non des mots isolés).

        3.2- Préservation du cadre thématique des phrases proposées : prévoir des phrases tournant autour du thème du projet ou de l’unité didactique en cours.

        3.3- Consistance de l’exercice : prévoir une batterie de phrases pour travailler d’une façon intensive un seul point de langue ou notion linguistique. Seuil minimum : dix (10) phrases entre la phase de manipulation / imprégnation et la phase d’application.

               De l’expérience (la pratique intensive) découle la découverte : il faut s’approprier la connaissance au lieu de la subir.

         3.4- Prendre en considération le SENS etla LOGIQUEdans les énoncés à proposer aux apprenants (pour la manipulation) et non seulement l’aspect SYNTAXIQUE.

         3.5- Variété de l’exercice : chaque point de langue devrait être travaillé de différentes façons, d’une part, pour briser les effet négatifs du conditionnement subjectif (le fait d’aller dans un seul sens) et, d’autre part, pour habituer les apprenants aux différentes consignes possibles (exemple : le passage de l’actif au passif et vice versa).

        3.6- Simplicité de l’exercice : les contextes proposés par le maître doivent être simples et accessibles du point de vue prononciation, syntaxe et lexique. La seule difficulté à mettre en évidence serait le point de langue à systématiser (objectif spécifique de l’activité en question).

        3. 7- Eviter les exercices théoriques portant sur le relevé de tel ou tel mot de telle ou telle catégorie ou portant sur l’analyse grammaticale ou logique.

        3.8- Fonctionnaliser l’exercice : prévoir des exercices fonctionnels qui préparent harmonieusement l’apprenant à l’expression écrite : apprendre à construire des phrases et à composer un texte cohérent et cohésif.

        3.9- Il est préférable de prévoir des exercices ouverts (choix multiple de réponses justes) et pas uniquement des exercices fermés (à réponse unique et contraignante).

             3.10- Formulation des consignes : la consigne doit être claire, précise et sans équivoque.

        4- La typologie des exercices écrits :

            Voici une liste non exhaustive quelques types d’exercices écrits classés du plus simple au plus complexe :

         4.1- Exercice à trous : avec des mots ou des expressions donnés à insérer dans des blancs laissés à cet effet.

         4.2- Exercice de complétion : choix libre des mots ou des expressions (de mémoire) à insérer dans des blancs (dans la phrase).

         4.3- Exercice de déplacement : des syntagmes à déplacer dans la phrase.

         4.4- Exercice de réduction / suppression : sélection des éléments pertinents dans la phrase (choix entre l’essentiel et l’accessoire).

         4.5- Exercice d’expansion : enrichissement de la phrase simple soit par des mots donnés soit d’une façon libre (recherche personnelle).

         4.6- Exercice de mise en ordre : construction de phrases avec des éléments donnés en désordre.

         4.7- Exercice de conversion : changement morphologique (conjugaison, orthographe).

         4.8- Exercice de substitution : mot, expression ou proposition à remplacer par un équivalent (sur l’axe paradigmatique) en contexte.

                   Exemples : la synonymie, l’antonymie, la pronominalisation, …

          4.9- Exercice de transformation : touchant à la structure syntaxique de la phrase de départ. Exemples : la passivation, l’interrogation, …

         4.10- Exercice de créativité : réponse libre à une question posée.

II – OBJECTIFS GENERAUX :

                    L’enseignement du français à l’école primaire a pour but de :

1-    Développer chez le jeune apprenant des compétences de communication pour une interaction à l’oral (écouter / parler) et à l’écrit (lire / écrire) dans des situations scolaires adaptées à son développement cognitif.

2-    Amener progressivement l’élève à utiliser la langue orale et écrite pour s’exprimer.

                 3 – L’enseignement / apprentissage du code écrit vise le développement de la

                            capacité d’écrire : apprendre à l’élève (d’où implication et non inculcation)

                             à produire des énoncés corrects qui seraient utilisés à des fins

                             communicatives (pour transmettre un message).

III- STRATEGIES D’ENSEIGNEMENT / APPRENTISSAGE :

            La question n’est plus d’enseigner le français mais d’amener l’apprenant à apprendre à communiquer en F .L .E . (Français langue étrangère).

           Il ne s’agira à aucun moment d’un enseignement théorique ou magistral (leçon à donner), l’apprentissage doit être centré essentiellement sur la pratique (le maniement).

La démarche consistera à aller de l’implicite à l’explicite et de l’intuitif au réfléchi : méthode intuitive mais progressivement réflexive en fonction des âges des apprenants et de leur niveau (2°palier, 3°palier vers le secondaire).

               Nous nous contentons du relevé des grands moments de chaque stratégie d’enseignement / apprentissage à mettre en oeuvre.

                   3°AP :

                                  1° moment : Manipulations intensives.

                  – Exercices oraux et/ou écrits d’entraînement à faire collectivement et individuellement.

                  – Utilisation combinée : Tableau noir, ardoises et/ou cahiers d’essais ou manuels scolaires (cahiers des activités).

                  – Implication de tous les partenaires de la classe dans la construction de la < leçon >.

                                  2° moment : Application.

                      -   Un exercice écrit d’application à faire sur les cahiers de classe.

                   4°AP et  5°AP :

                           1° momentEveil de l’intérêt ou rappel :

                   -  Attirer l’attention des apprenants : les motiver.

                                   – Rappel de la séance précédente (du projet en cours ou du projet précédent) si elle a un rapport avec celle du jour.

                                2°  moment : Présentation / Observation.

                                      Le point de langue à étudier est présenté dans un corpus (Tableau noir).

                                3°  moment : Découverte.

                                  C’est une phase de réflexion  très courte (en fonction du niveau des élèves) :

                                    - A partir de questions magistrales, amener les apprenants à dégager, identifier et comprendre le fait de langue ciblé.

                               - Amener les élèves à expliciter, à théoriser ce qu’ils ont compris intuitivement / implicitement.

                               - Les élèves peuvent dégager une règle (formulation) mais ils ne sont pas obligés de l’écrire ni de l’apprendre par cœur.

                               - Faire dégager le titre de la séance du jour.

                                4° moment : Manipulations intensives.

                                 Il s’agit d’une phase d’imprégnation. C’est la phase capitale, la plus importante :

                  – Exercice de manipulations : le point de langue à systématiser est pratiqué dans une série de phrases proposées par l’animateur (trice) de la séance (exercice intensif prévu sur la fiche de préparation).

                 -  Exercice consistant et varié : prévoir une batterie de phrases et différentes consignes de travail (un aller et un retour).

                 – Utilisation combinée du tableau noir d’un côté, et des cahiers d’essais et / ou des ardoises, d’un autre coté.

                 – Travail collectif et individuel à la fois, oralement et par écrit.

                 – Il n’est pas question de faire observer ou subir un cours magistral pour apprendre de règles mais de faire pratiquer (expérience) pour découvrir soi-même le fonctionnement de la langue.

                                 - Les apprenants doivent comprendre le mécanisme qui le sous- tend la règle dégagée.

         5° moment : Application.

                  - Exercice écrit à faire faire individuellement sur les cahiers de classe.

                                 - A cet effet, il faut prévoir (sur la fiche de préparation) :

                                  Une consigne de travail claire, précise et bien formulée.

                                  Des contextes à manipuler.

                                  Des corrections éventuelles.

                                 - L’exercice d’application doit être suivi d’une correction collective puis individuelle (sur les cahiers de classe).

                         - Il est souhaitable de prévoir un moment de production personnelle : réinvestissement (réemploi) libre du point de langue du jour dans des contextes personnels.

Remarques :

   1- Tous les exercices écrits doivent figurer sur les cahiers de classe

   2- Tous les actes écrits doivent être visés et corrigés par le maître (ou la maîtresse) en dehors des moments de travail avec les élèves.

                                                                                                   Fait à Béchar, le 21 / 01 / 2008.

                                                                                                                 L’ I.  E.  E.  F.

                                                                                                               A.  A B B O U D

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Diana et Thierry |
La Coquelicote |
lilicorentin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dididoune
| Un grain de sable dans le d...
| LUNA