RSS

REMEDIATION PARTIE II Principes d’actions, organisation et fonctionnement

 


Principes et recommandations

 

 

Pour être efficace, la remédiation pédagogique nécessite la prise en compte de principes méthodologiques qui permettent sa mise en œuvre.

Les efforts consentis par les uns et les autres ne permettent pas de pallier les insuffisances constatées. Les tentatives de remédiation que les enseignants ne manquent pas de mettre en œuvre dans leurs classes répondent partiellement aux objectifs de remédiation. Les raisons sont multiples. La plus importante est, nous semble-t-il, l’absence d’une pédagogie propre à la remédiation. C’est pourquoi, nous essayons ici d’apporter quelques éclairages à même de répondre aux questions que se posent les enseignants lorsqu’ils sont confrontés aux situations nécessitant la préparation de situations didactiques de remédiation. Voyons quelques principes qui peuvent amener l’enseignant à mettre en place la remédiation :

 

  1. 1.       Il importe dans la classe de varier les modalités d’apprentissages et de prévoir des moments où tous les élèves n’ont pas à faire la même activité dans les mêmes conditions

Les élèves d’une classe n’adoptent pas les mêmes stratégies face à une même situation d’apprentissage. L’importance de la différenciation pédagogique se justifie par le fait que les élèves n’apprennent pas toujours de la même façon, ce que traduisent les sept postulats de R. W. Burns [1972] :

  • Il n’y a pas 2 apprenants qui progressent à la même vitesse.
  • Il n’y a pas 2 apprenants qui soient prêts à apprendre en même temps.
  • Il n’y a pas 2 apprenants qui utilisent les mêmes techniques d’étude.
  • Il n’y a pas 2 apprenants qui résolvent les problèmes exactement de la même manière.
  • Il n’y a pas 2 apprenants qui possèdent le même répertoire de comportements.
  • Il n’y a pas 2 apprenants qui possèdent le même profil d’intérêt.
  • Il n’y a pas 2 apprenants qui soient motivés pour atteindre les mêmes buts.

Aussi, différencier la pédagogie consiste à proposer dans une même classe des activités d’apprentissage variées de sorte que tous les groupes de niveaux progressent chacun à leur rythme.

 

 

  1. 2.        La différenciation pédagogique est à envisager comme une réponse à la diversité des niveaux dans une classe

La différenciation pédagogique passe par cinq postulats incontournables :

  1. L’évaluation diagnostique

On ne peut pas différencier les apprentissages dans une classe si l’on n’a pas préalablement mesuré quels étaient les acquis des élèves, leurs pré- requis. Aussi est-il indispensable de procéder à l’évaluation diagnostique des acquis avant de mettre en œuvre les activités de remédiation.

  1. La définition des objectifs à atteindre

Les objectifs à atteindre sont définis en fonction des groupes de besoins. Il est indispensable de les évaluer en fin de séance.

  1. La diversification des itinéraires

Comme les objectifs sont définis en fonction des besoins, il importe que les itinéraires soient diversifiés. On ne peut pas aller dans des directions différentes en empruntant le même chemin. La diversification des itinéraires peut se faire par des contenus, des activités, des stratégies, des supports… différents.

 

  1. Le rôle de l’évaluation formative

L’évaluation formative en repérant les difficultés rencontrées par l’apprenant permet d’envisager la remédiation en modifiant la situation d’apprentissage ou le rythme de la progression envisagée. C’est une composante fondamentale de toute différenciation pédagogique. Elle est intégrée à l’action de formation.

 

  1. La régulation des apprentissages
  • Elle peut être intégrée à la situation d’enseignement et d’apprentissage qui s’illustre par des différenciations successives et par une évaluation à chaud.
  • Elle peut intervenir après l’évaluation des productions des élèves. Elle se caractérise par un prolongement de la situation d’apprentissage mais de manière différée dans le temps.
  • Elle peut être différée. Elle concerne les élèves qui n’ont pas atteint le seuil de maîtrise.

 

  1. 3.   Il convient de ne pas tarder à intervenir sur certaines difficultés que rencontrent les élèves.

Les textes officiels demandent que la remédiation soit intégrée dans la grille des horaires. Ainsi, elle peut se faire en différé par rapport à l’identification des besoins. Mais elle peut aussi être intégrée au temps d’apprentissage avec l’avantage, quand c’est possible, de ne pas tarder pour prendre en charge les besoins de l’élève. La remédiation intégrée s’opère :

  • § en sollicitant une forte activité des élèves, en favorisant le plus souvent possible dans la classe la verbalisation (l’élève à l’oral dit, explique, décrit) et la confrontation (l’élève à l’oral échange, compare, confronte avec d’autres élèves) de ce qu’il a compris, de la démarche suivie.

C’est ce qui est appelé la verbalisation des stratégies d’apprentissage.

  • § en proposant, à divers moments, aux élèves de la classe des activités en fonction de ce qu’ils ont besoin « d’améliorer » (pédagogie différenciée).

La remédiation en différée est mise en œuvre sur les séances inscrites dans la grilles des horaires et dédiée à cet effet. Elle est conduite avec un groupe restreint d’élèves, ce qui donne plus de latitude pour prendre en compte certaines difficultés.

 

  1. 4.  Pour qu’une action de remédiation puisse avoir des effets, il est essentiel d’avoir défini ce qu’on souhaite améliorer, l’objectif qu’on souhaite atteindre par cette action.

La pertinence du diagnostic permet de mieux cerner les besoins des élèves. On peut de ce fait définir de façon précise les objectifs de la remédiation et chercher à concevoir des actions  adaptées relatives à celle-ci.

 

  1. 5.  La mise en œuvre par les enseignants des plages horaires et des modalités de remédiation est coûteuse en temps, en investissement personnel aussi il est essentiel de rester vigilant sur l’impact de la remédiation.

L’évaluation de l’impact de la remédiation porte sur l’évolution des acquis des élèves et sur les pratiques de classe. Il faut veiller à ce que les actions consenties pour certains élèves leur permettent d’éviter le cumul des difficultés mais aussi à ce que des adaptations nécessaires des modalités de remédiation prévues par le maître soient repérées et réalisées.

  1. 6.  Une remédiation qui se ferait avec la pression du temps court le risque de ne pas atteindre son objectif

La contrainte peut conduire l’enseignant à opérer des choix qui ne favorisent pas des apprentissages efficaces.

  1. 7.  Une difficulté n’est pas, à elle seule, significative d’un besoin.

Les erreurs des élèves peuvent avoir des causes différentes.

 

  1. 8.  La remédiation gagne à se réaliser en incitant fortement les élèves à se prendre en charge pour surmonter leurs propres difficultés :

Pour que la remédiation ne soit pas confondue avec l’assistanat, les élèves se doivent de se prendre en charge, en portant un regard critique sur leurs  démarches d’apprentissage (métacognition)

 

  1. 9.  Les activités de remédiation ne sont pas la répétition de ce qui a déjà été fait pendant la séance d’apprentissage (le cours)

Il ne sert à rien de recommencer à l’identique ce qui a déjà échoué. On doit refaire autrement. Il convient d’imaginer d’autres formes d’activités et de mise en situation des élèves pour éviter de fonctionner à l’identique de la situation d’apprentissage qui n’a pas réussi à l’élève. En ciblant le même contenu ou la même compétence, on adopte des activités de formes différentes : plus ludique (sous forme de jeu) ; plus dynamiques (forte activité de l’élève, favorisant la manipulation, l’expérimentation). Certains élèves arrivent mieux à se concentrer et à donner du sens à un apprentissage s’ils ont la possibilité de bouger, de « toucher » l’objet de leur apprentissage.

En somme, nous devons prendre en compte les divers styles cognitifs.

 

  1. 10.   L’identification des besoins pédagogiques d’un élève ne peut se réduire seulement à faire passer un test d’évaluation ponctuel

Les difficultés rencontrées par un élève sont autant  d’informations qui nous permettent de repérer ses besoins. L’identification de ses besoins est possible :

  • par le biais de tests d’évaluation diagnostique, ce que nous pratiquons communément,
  • par l’analyse des productions de l’élève sur le long terme,
  • par l’observation de l’élève dans ses apprentissages, sa façon de travailler : les stratégies d’apprentissage qu’il met en œuvre pour installer une compétence, son comportement avec ses camarades…
  • par des entretiens avec l’élève ou avec ses parents.

 

  1. 11.  Repérer les besoins d’apprentissage d’un élève ne se limite pas à la dimension cognitive

Travailler sur le diagnostic et la remédiation des difficultés d’apprentissage fait d’emblée émerger la question de la nature des compétences à installer chez les apprenants. Aujourd’hui, il n’est plus à démontrer le lien étroit entre la motivation et le développement des capacités cognitives. C’est pourquoi, lorsqu’il s’agit de repérer les besoins d’apprentissage d’un élève, on se focalise :

  • sur la dimension cognitive donc sur les savoirs à acquérir ex : réciter les terminaisons du futur d’un verbe du 1e groupe
  • sur la dimension sociale, qui concerne la classe en tant que communauté. Ici, on favorise l’utilisation optimale des ressources apportées par chacun de ses membres de même que le développement d’un environnement sécurisant dans lequel les élèves peuvent exprimer leurs difficultés d’apprentissage mais également voir en l’enseignant et dans les autres élèves des sources potentielles d’apprentissage.

 

  1. 12.  La séance de remédiation pour une classe entière n’est pas justifiée, aussi on gagne à constituer des groupes de besoins.

Le diagnostic permet de repérer des de besoins. A partir de là, l’enseignant peut constituer un groupe de besoins. Cela peut-être un groupe d’élèves qui rencontrent les mêmes difficultés ou encore un groupe d’élèves ayant des difficultés de natures différentes mais qui, ensemble, pourront s’entraider à résoudre leurs difficultés d’apprentissage respectives.

 

  1. 13.  Un groupe de remédiation n’est pas nécessairement constitué d’élèves d’une même classe

S’il paraît naturel de constituer un groupe de besoins avec des élèves d’une même classe, il est aussi possible que des élèves d’un groupe de besoins proviennent de classes différentes. Dans ce cas, la prise en charge, pour être bénéfique, doit prendre appui sur un travail de concertation réalisé par les enseignants des équipes pédagogiques au sein de la cellule pédagogique de l’école.

 

 

  1. 14.  Les élèves en groupe de remédiation peuvent avoir un autre enseignant que le leur.

L’intérêt de travailler avec des enseignants différents offre à l’élève la possibilité de multiplier et diversifier les démarches d’apprentissage qui lui permettront de gagner en autonomie à condition que la concertation dans les équipes pédagogique soit optimale.

 

 

 

 

 

Plusieurs scénarios pour remédier

 

En cherchant à remédier, on tente de prendre en compte la diversité des élèves. Pour cela, on peut tenir compte de plusieurs paramètres :

  • Varier les supports
  • Différents degrés d’implication des apprenants dans l’activité
  • Diversité des consignes (questions ouvertes, fermées, …)
  • Situation d’écoute active ou de recherche ou de production…
  • Rôle de l’enseignant
  • Activité plus ou moins guidée
  • Activité plus ou longue
  • Activité plus ou moins limitée
  • Rythme de l’activité : dans une même séance, avoir plusieurs temps (recherche, échange, mise en commun, verbalisation…)
  • Organisation de la classe : travail en classe entière, en sous-groupes,
  • Organisation de l’espace classe (tables…)
  • Évaluation des acquis : différents outils, autoévaluation de l’élèves, évaluation par le maître avec le but de repérer ce qui est à améliorer chez tel élève, de pouvoir dire ce que sait faire l’apprenant jusqu’où et dans quelles conditions.
  • Contenus en jeu : limitation à un contenu ciblé, mobilisation croisée de divers contenus anciens/nouveaux…

 

A partir de ces éléments, on peut envisager trois champs d’action de la remédiation pédagogique :

 

  1. A.     Solliciter les des apprenants dans le déroulement du cours pour favoriser chez chacun d’eux une mobilisation à une activité cognitive de haut niveau et éviter l’émergence de difficultés, de blocages, donc de besoins
  2. B.     Remédiation intégrée au déroulement normal du cours pour ne pas manquer de répondre à des besoins ponctuels qui peuvent apparaître.
  3. C.     Remédiation différée (en référence à ce que préconise la circulaire en séance 45 mn)

Dans chaque cas, il s’agit de prendre en charge des besoins d’apprenants précédemment repérés (observation en continue dans la classe, analyse des divers  travaux réalisés par l’apprenant,  échange élève/enseignant). Il s’agit de répondre sur une durée donnée à des besoins identifiés et explicités. L’organisation en petits groupes d’apprenants favorise des scénarios où chacun, sur cette durée, est stimulé pour des prises de conscience, une forte activité. Le but est que l’élève gagne en autonomie et solutionne certaines difficultés identifiées

 

A. Sollicitation des apprenants lors des apprentissages pour favoriser l’activité cognitive de tous.

B. Sollicitation des apprenants lors des apprentissages pour favoriser l’activité cognitive de tous.

C. Remédiation différée : prendre en compte des difficultés des apprenants dans un temps spécifique

  1. En début de séance, conduire les apprenants à se rappeler ce qui a été fait à la séance précédente.
  2. En cours d’apprentissage, alors qu’on vient d’aborder un savoir ou une démarche importante, conduire les apprenants à faire le point sur ce qui a été appris (acquis).
  3. Il s’agit de permettre à chaque apprenant de se questionner sur ce qu’il a compris et ainsi faire en sorte qu’il ait mieux compris.
  4. En fin de cours, conduire les apprenants à faire le point sur ce qu’on vient de travailler :
  5. Qu’est-ce qu’il faut retenir ? qu’est-ce qu’il faut savoir ? qu’est-ce qu’il faut savoir-faire ? A quelle activité, vous pouvez contrôler que vous savez ou que vous savez faire ?
  6. Dans les apprentissages, promouvoir des activités, de préférence complexes, qui questionnent chacun sans être difficiles.
  7. EEn fin de période, entraîner les apprenants à faire le point  sur tout ce qu’ils ont appris et sur les activités qui pourraient être données en devoir.

 

  1. Intervention immédiate sur des besoins qui se manifestent dans le déroulement du cours.

Alors que les apprenants poursuivent ce qui était prévu, les apprenants vus en difficultés sont pris en charge.

Verbalisation de leurs difficultés.

Associer chacun à un apprenant « qui a un peu plus compris » pour chercher à comprendre : les deux en tirent bénéfice (monitorat)           

Ou

Face à « une » difficulté de certains, l’enseignant donne à la classe le travail prévu, et à ceux repérés avec telle difficulté, il propose, en binôme, des activités ciblées sur la difficulté à résoudre.

  1. Intervention préparée d’un travail en groupes de besoins en cours ordinaire :

Après le repérage de différents types de difficultés chez les apprenants de sa classe, l’enseignant  prépare une séance en ateliers de besoins :

A partir de 2 ou 3 plans de travail, tous les apprenants ont des activités adaptées à leurs besoins (mais toujours liés à la maîtrise d’une compétence). Ici, chaque apprenant à un besoin ! La classe fonctionne en sous-groupes ou binômes.

1. Pour des apprenants qui manifestent des difficultés particulières, que l’on pense plus faciles à prendre en charge, en petits groupes, hors des heures de cours,  

On peut préparer sur   un temps spécifique (déterminé) une ou plusieurs séances de remédiation:

ú Action à court terme :

On cherche à agir sur des difficultés d’apprenants que l’on peut résoudre en une ou deux séances.

ú Action à moyen terme :

On cherche à agir sur des difficultés d’apprenants que l’on peut résoudre en 4 à 6 séances. L’expérience donne à penser que si les mêmes apprenants sont en remédiation toute l’année,   celle-ci devient pour eux un rituel sans échéance et sans but.

2. Travail en atelier/groupes de besoins (2 ou 3 groupes) :

Permettre aux enseignants de faire profiter leurs apprenants -apprenants en difficultés, mais aussi les « bons » – en organisant jusqu’à 3 ateliers de travail en séance de remédiation différée. Regrouper dans chaque atelier des élèves ayant les mêmes difficultés –pour travailler les mêmes objectifs et la même compétence – et leur associer des élèves « moteurs ».  Avantage : Garder tous les élèves en classe et travailler 3 difficultés simultanément.

 


Situations d’apprentissage qui anticipent les difficultés

 

SCENARIO 1

 

Pour solliciter les apprenants lors des apprentissages et pour favoriser l’activité cognitive de tous.

Promouvoir des activités d’apprentissage de préférence complexes qui questionnent chacun des apprenants sans être difficiles.

Le scénario qui conduit les apprenants à s’impliquer (recherche et verbalisation) et à confronter (conflit sociocognitif) limite l’apparition des difficultés qui auront à être prises en charge en séances de remédiation.

Ce qui doit être préparé : Proposer une activité, finalisée, ayant du sens, à la portée des apprenants  dans l’une des quatre compétences communicatives :

  • Ecrit /compréhension/production
  • Oral/compréhension/production

En rapport avec les compétences énoncées dans les programmes officiels et les manuels des apprenants.

 

Exemples :

  1. Ecrire le début d’une histoire
  2. Ecrire une petite annonce
  3. Lire une histoire pour compléter une grille de lecture
  4. Expliquer oralement  comment fabriquer un objet artisanal

 

Adhésion des apprenants

En début d’apprentissage, donner l’opportunité à l’apprenant de dire ce qu’il sait déjà de la nouvelle activité proposée de faire des hypothèses sur ce qu’il peut faire.

Pendant l’apprentissage, prendre le temps  de faire une pause pour un petit bilan momentané appelé régulation qui permettra à l’apprenant de dire ou il en est, ce qu’il n’a pas bien acquis, ce qu’il faut reprendre.

A la fin de chaque apprentissage, proposer aux apprenants des grilles d’auto-évaluation à travers lesquelles l’apprenant porte un jugement sur la qualité de ses apprentissages, il cochera des cases pour dire ce qu’il maîtrise bien ou mal. 

 

Information de la famille :

-          Réunion en début d’année des parents d’apprenants d’une classe avec les enseignants de cette même classe qui vont leur expliquer avec des mots simples le contenu du programme, ce que leurs enfants auront à réaliser dans le courant de l’année : activités, projets… Comment ils devront travailler et quel pourrait être l’apport des parents comme partenaires  de l’équipe pédagogique.

-          Elaboration du portfolio d’apprentissage de l’apprenant  ou classeur de réussite : les grilles d’autoévaluation permettront aux parents de se tenir régulièrement informés des réussites et des difficultés de leurs enfants et d’y  intervenir éventuellement  sur ce qu’ils pensent de ses progrès.

 

Tableau du scénario/remédiation par anticipation 

 

 

Etapes de l’apprentissage

Que fait l’enseignant ?

Que font les apprenants ?

Conflit cognitif                                                                             /Situation problème Retour sur les savoirs

antérieurs.

 

 

 

Face à une situation d’apprentissage  nouvelle, il y a émergence de représentations de l’élève. Celles-ci  peuvent être en décalage avec l’apprentissage prévu. Cela peut aider à susciter le conflit cognitif.

Ce qui l’amène à se poser des questions sur ses propres représentations.

 

Demande de faire le point sur ce qui a été fait à la séance précédente en procédant à la révision des préacquis.

 

Annonce une activité complexe, ayant du sens et qui permet d’installer une compétence communicative.

 

Avec des mots simples, il annonce les objectifs d’apprentissage en termes d’activités à faire et pourquoi les faire (finalisation, conscientisation des apprentissages)

 

Encourage l’élève à exprimer ses perceptions de l’activité à réaliser.

Donne des consignes précises.

Réfléchissent ensemble et verbalisent : ce que je sais et sais faire et comment je le fais et je révise   les préacquis.

 

 

Toute la classe : l’élève échange avec ses camarades des idées = confrontation. Ce qui lui permet d’anticiper sur les nouveaux savoirs à acquérir.

 

 

 

.

 

 

Essais de réalisation de l’activité proposée. Organise les groupes.

Veille à la compréhension des consignes en les faisant reformuler par les élèves.

Met à leur disposition des ressources pour réussir.

Observe le travail des groupes.

N’intervient pas sur les travaux pour donner la réponse mais  oriente par des questions.

Chaque élève tente seul de s’approprier la consigne en commençant à chercher une réponse au problème posé.

Conflit  socio –cognitif / Confrontation

 

 

 

 

Confrontation des représentations qui provoque leur modification et améliore la compétence de chacun.

 

Stimule la prise de parole.

Accepte toutes les propositions.

Laisse le temps qu’il faut en fonction de l’activité et en fonction de l’âge des enfants.

L’enseignant laisse s’installer les échanges dans la classe.

Négocie avec les élèves le moment de la mise en commun.

 

Poursuivent la réflexion et l’activité en binôme ou en petits groupes (confrontation).

Mettent en commun : chaque groupe désigne un rapporteur qui présente le travail à toute la classe.

Métacognition  /

Verbalisation / Explicitation des stratégies

 

 

Explicitation des démarches :

stabilisation des nouveaux savoirs et savoir- faire.

Prise de conscience de sa stratégie, de sa démarche….

Aide à formuler  et à garder une trace écrite.

Il propose aux élèves une grille d’autoévaluation élaborée à partir des objectifs de la situation d’apprentissage.

Aide l’élève à verbaliser, expliciter sa réussite.

Par des reformulations successives en classe, ils stabilisent une réponse, une proposition, une solution au problème posé.

Les élèves expliquent dans leur langage (verbalisent) leur réussite:

« Comment  j’ai fait pour réussir….. ».

Il construit ainsi progressivement son portfolio d’apprentissage.

 

 

 

 

 

 

 

Tableau de synthèse de la remédiation par anticipation :

Type de remédiation préconisée : 

Situations d’apprentissage qui anticipent et préviennent les difficultés.

Durée de la remédiation : 

(nombre de séances) 

Lors de toute activité d’enseignement / apprentissage.
Objectifs du scénario : Solliciter les apprenants lors des apprentissages pour favoriser l’activité cognitive de tous.
Lien avec la remédiation :  Remédiation par anticipation.
Modalités du diagnostic :  Portfolio d’apprentissage, classeur de réussite, grilles d’autoévaluation, observation de l’enseignant, cahiers des apprenants….
 

Ce qui doit être préparé                                    (organisation,

groupes d’élèves,

groupes de besoins)

Proposer une activité finalisée (ayant du sens), à la portée des apprenants  dans l’une des quatre compétences  communicatives.

Aménager des moments « des pauses » lors de tout apprentissage pour favoriser « la verbalisation » : au début, pendant et à la fin des apprentissages. Cela permet une sollicitation permanente des savoirs acquis.

 

 

Remédiation intégrée

SCENARIO 1

 

Remédiation intégrée au déroulement des apprentissages pour répondre à des besoins ponctuels

 

En monitorat (associer un apprenant en difficulté à un autre qui a mieux compris)

 

Objectifs du scénario : intervenir immédiatement sur des besoins qui se manifestent lors du déroulement d’un cours. C’est une remédiation intégrée à l’apprentissage

 

Modalités du diagnostic :

Identification des difficultés lors du déroulement du cours, par l’observation des apprentissages, la façon de travailler et les stratégies mises en œuvre

 

Ce qui doit être préparé : Leçon du jour et anticipation sur les difficultés rencontrées éventuellement

 

Organisation : A un certain moment du cours, rassembler le groupe d’apprenants (2 à 5) ayant manifesté des difficultés et associer à chacun d’eux un apprenant « qui a un peu  mieux compris » (travail en binômes ou monitorat).

 

Adhésion de l’apprenant concerné :

Dire à l’apprenant que le travail coopératif (en binômes) est un moyen de le faire avancer.

 

 

Tableau du scénario

 

Déroulement

Que fait l’enseignant ?

Que font les apprenants

Pendant le cours, certains apprenants manifestent un besoin précis pour réaliser une tâche. Observation et identification  des difficultés chez les apprenants -     Arrête le cours

- Demande aux apprenants de verbaliser : dire pourquoi ils n’arrivent  pas à faire

- Le groupe de besoins verbalise : énonce ses difficultés

- Le grand groupe écoute la verbalisation

Intervention immédiate sur les difficultés : Réorganise l’espace classe :

-        constitue et installe le groupe de besoins en binômes, associe à chaque apprenant en difficultés un apprenant qui a un peu  mieux compris)

-        met le reste de la classe  au travail sur une activité prévue dans le cours (tâches de difficulté adaptée)

- Les binômes s’installent

 

- Le reste de la classe continue à s’exercer sur des tâches spécifiques

-        donne des consignes d’activités adaptées au besoin du groupe (binômes)

-        fait des allers-retours entre les binômes et le reste de la classe et s’attarde davantage avec ceux qui sont en plus grande difficulté

- Chaque binôme communique sur la stratégie à adopter pour faire la tâche

(les apprenants régulent leurs apprentissages)

exécutent la tâche

- Le reste de la classe continue à travailler sur les tâches spécifiques

Evaluation et impact de la remédiation -        Demande aux binômes de réintégrer le groupe classe

-        Demande aux apprenants en difficultés de communiquer les nouvelles stratégies adoptées pour réussir

Les binômes réintègrent le groupe classe

Les apprenants en difficultés font part au reste de la classe de leurs progrès

(Ils vérifient les étapes de leurs démarches d’apprentissage)

 

 

SCENARIO 2

 

Remédiation intégrée au déroulement des apprentissages pour répondre à des besoins ponctuels

 

Objectifs du scénario : intervenir immédiatement sur des besoins qui se manifestent lors du déroulement d’un cours.

C’est une remédiation intégrée à l’apprentissage

 

Modalités du diagnostic : Identification des difficultés d’un élève lors du déroulement du cours, par l’observation de ses apprentissages, sa façon de travailler et les stratégies qu’il met en œuvre

Ce qui doit être préparé :

Leçon du jour et anticipation sur les difficultés rencontrées éventuellement

A un certain moment du cours, rassembler le groupe d’apprenants (2 à 6) ayant manifesté telle difficulté, leur donner une activité censée les aider à surmonter leur difficulté pendant que le reste de la classe se voit attribuer l’activité prévue.

Adhésion de l’apprenant concerné :

Dire à l’apprenant que remédier à ses difficultés est un moyen de le faire avancer.

Tableau du scenario

 

Déroulement Que fait l’enseignant ?

Que font les apprenants

Pendant le cours, certains apprenants manifestent un besoin précis pour réaliser une tâche.

 

Observation et identification  des difficultés chez les apprenants

Arrête le cours

Demande aux apprenants de verbaliser : dire pourquoi ils n’arrivent  pas à faire

Le groupe de besoins verbalise : énonce ses difficultés

Le grand groupe  écoute la verbalisation

Intervention immédiate sur les difficultés : Réorganise l’espace classe :

-    constitue et installe le groupe de besoins

-    met le grand groupe au travail sur une activité prévue dans la leçon

Les apprenants en difficultés s’installent en petit groupe
-                      donne des consignes d’activités adaptées au besoin du groupe

-                      fait des allers-retours entre les deux groupes en s’attardant davantage avec le groupe de besoins

- Le grand groupe continue les apprentissages prévus dans le cours

-      Le groupe de besoins communique pour se mettre d’accord sur la stratégie à adopter (les apprenants régulent leurs apprentissages)

 

 

Evaluation et impact de la remédiation

Demande au groupe de besoins de réintégrer le reste du groupe classe et communiquer les nouvelles stratégies adoptées et ayant abouti à la réussite Le groupe de besoin fait part au reste de la classe comment il a fait pour réussir et explique sa nouvelle stratégie

(Ils vérifient les étapes de leurs démarches d’apprentissage)

SCENARIO 3

 

Remédiation intégrée au déroulement des apprentissages pour répondre à des besoins ponctuels

 

La séance est destinée à la classe entière organisée en ateliers spécifiques

(Tous les élèves de la classe ne font pas la même chose en même temps)

Objectifs du scénario : intervention préparée d’un travail en ateliers de besoins en cours ordinaire.

C’est une remédiation intégrée à l’apprentissage.

Modalités du diagnostic : après repérage de différents types de difficultés chez les apprenants, préparer une séance en ateliers de besoins

Ce qui doit être préparé :

Deux ou trois plans de travail destinés aux ateliers de besoins

Tous les apprenants ont des activités adaptées à leurs besoins (objectifs propres à chaque groupe). La classe fonctionne en sous-ateliers.

Adhésion de l’apprenant concerné :

Dire aux apprenants que le travail coopératif est un moyen de le faire avancer.

Tableau du scénario

 

Déroulement Que fait l’enseignant ? Que font les apprenants ?
L’enseignant a inventorié un certain nombre de difficultés relevant toutes d’une même compétence

Il a aussi identifié les ateliers de besoins

- Constitue et installe les ateliers de besoin (2 à 3 ateliers) - Les ateliers de besoins s’installent en ateliers (Disposer les tables de façon adaptée)

 

 

Intervention différée sur les difficultés

 

  • Verbalise sa démarche auprès de chaque groupe de besoins :
  • Provoque des interactions au sein de chaque groupe relatives à leurs difficultés et des objectifs à atteindre
  • Attribue des tâches spécifiques à réaliser.
-     Les ateliers de besoins écoutent la verbalisation de l’enseignant

-     Les apprenants de chaque groupe discutent de leurs difficultés

-     Chaque groupe de besoins cherche des stratégies

(les apprenants régulent leurs apprentissages)

-     Exécutent les tâches demandées

Evaluation et impact de la remédiation - Demande aux ateliers de besoins de reconstituer le groupe classe et communiquer leurs démarches - Chaque groupe de besoins fait part aux autres de sa stratégie, de ses progrès et de sa réussite

(Ils vérifient les étapes de leurs démarches d’apprentissage)

Remédiation différée

SCENARIO 1

 

Scénario d’un dispositif de remédiation légère pour résoudre des difficultés ponctuelles.

 

Objectif de la remédiation : Répondre à des besoins dans un temps spécifique avec un petit groupe d’apprenants

Objectifs du scénario : Intervenir de façon ciblée sur des difficultés facilement surmontables mais pouvant empêcher l’acquisition de nouveaux apprentissages.

Objet de la remédiation :

Activités portant sur des objectifs à travers des tâches ponctuelles en lien avec une compétence, dans une démarche réflexive.

Lien avec la remédiation : c’est la remédiation en lien avec les textes officiels, séances hors de la grille horaire.

Détermination de groupes délèves :

Les groupes d’élèves concernés par la remédiation sont identifiés à partir de critères à définir après diverses observations.

Les outils de diagnostic facilitant la détermination des groupes peuvent être :

- l’observation des productions des élèves pendant la situation d’apprentissage (carnet d’observation)

- La reprise des travaux des élèves

- Le test diagnostic

- les résultats des évaluations périodiques

- les informations des parents

- ….

N.B : Ne pas se contenter d’un seul critère pour la constitution des groupes de besoins.

 

Qu’est-ce qu’un groupe de besoins ? :

Ce sont les élèves qui rencontrent les mêmes difficultés dont les causes sont différentes. D’où la nécessité lors de la remédiation d’adopter des itinéraires variés.

 

Ce qui doit être préparé :

1) Préalable : activités toujours différentes de celles qui ont été mises en œuvre lors des apprentissages avec tout le groupe classe et qui ont conduit à l’échec.

Qu’est-ce que des activités variées et différentes ?

-          supports différents

-          présentation différente

-          organisation de  la classe différente : en individuel, en binôme, en petits groupes…

-          déroulement différent

-          verbalisation de l’élève de son cheminement d’apprentissage : l’élève prend la parole et explicite la démarche dont il s’est servi pour tenter d’acquérir le nouveau savoir. Il prend ainsi conscience de sa difficulté et peut rechercher tout seul des solutions.

N.B : l’apprenant peut recourir à sa langue maternelle pendant la verbalisation.

2) Les activités :

- activités ludiques : plus motivantes et éloignées de ce que l’élève a l’habitude de voir en classe

- activités métacognitives : des moments de verbalisation  sont indispensables

- des moments de confrontation des points de vue : chacun explique comment il se représente telle ou telle activité et chacun apprend de l’expérience de l’autre

- valorisation des productions des élèves.

3) Organisation :

-          lieu : à l’école dans une salle appropriée.

-          enseignant concerné : dans les écoles où exercent au moins deux enseignants de français, il est possible que l’enseignant assurant la remédiation ne soit pas le même que celui de la classe

-          matériel: en fonction des objectifs (tout le matériel nécessaire qui peut favoriser l’implication des élèves et faciliter les apprentissages (matériel audio, vidéo…)

-          Implication des parents : annoncer les objectifs de la remédiation plutôt que les difficultés de leurs enfants

 

 

 

 

 

 

Tableau du scénario

Déroulement

Que fait l’enseignant

Que font les élèves

Effets produits

1)                  Mise en confiance Fait rappeler les pré acquis que les élèves maîtrisent déjà Les élèves répondent juste Sécurisés, les élèves adhèrent mieux à l’activité
2) Annonce de l’objectif de la séance Le maître explique ce que les élèves vont faire au cours de cette séance -      Ils écoutent -         Inquiétude

-       Motivation

2)  Verbalisation Oriente,  questionne Décrit le cheminement qui l’a conduit à l’erreur. Pour l’élève : il prend conscience que la stratégie d’apprentissage dont il s’est servi n’est pas efficace.

Pour l’enseignant : il prend conscience des différentes stratégies d’apprentissages utilisées par les apprenants et qui ont conduit à l’échec.

Il se rend compte de la nécessité de mettre en adéquation sa propre démarche d’enseignement et les stratégies d’apprentissage des élèves.

Il prend conscience que les difficultés des élèves n’ont pas toujours la même origine.

4) Mise en œuvre de la remédiation :

 

Organise le travail (en binômes en individuel, en petits groupes…)

 

Distribue la/les tâche(s) en réalisant des activités ponctuelles et en relation avec la compétence.

Se met avec son camarde

Prend connaissance de la tâche à réaliser et comprend la consigne.

Essaie de résoudre le problème en reprenant sa propre stratégie

Pour les élèves : ils acquièrent la notion et développent de nouvelles stratégies.

Pour l’enseignant : il prend conscience de la nécessité de différencier ses démarches aussi bien en situation d’apprentissage qu’en situation de remédiation

5) évaluation : Propose de nouvelles tâches appartenant à la même famille pour vérifier l’atteinte de l’objectif (acquisition de la notion+développement de nouvelles stratégies) Il s’auto évalue : ai-je surmonté ma difficulté ?

(acquisition de la notion présentée et développement de nouvelles stratégies d’apprentissage.

Pour l’enseignant : prendre conscience qu’une seule séance de remédiation pourrait ne pas suffire à aplanir la difficulté pour le même groupe d’élèves.

Si les résultats sont en revanche satisfaisants, il éprouve un sentiment de satisfaction et de fierté parce qu’il a réussi à aider les élèves à surmonter leurs difficultés.

 

Remédiation différée

SCENARIO 2

 

Scénario d’un dispositif de remédiation pour résoudre des difficultés plus lourdes

 

Objectif du scénario : intervenir de façon durable  sur des difficultés empêchant l’acquisition de compétences.

 

Objet de la remédiation : activités portant sur des objectifs à travers une chaîne de tâches en lien avec la compétence dans une démarche réflexive.

 

Lien avec la remédiation : remédiation en lien avec les textes officiels.

 

Détermination des groupes d’élèves : les groupes d’élèves concernés par la remédiation sont identifiés à partir de diverses observations et évaluations d’activités d’apprentissage.

 

Les outils de diagnostic pouvant faciliter la détermination des groupes peuvent être :

ú   l’observation des productions des élèves pendant la situation d’apprentissage (carnet d’observation)

ú   La reprise des travaux des élèves

ú   Le test diagnostic

ú   les résultats des évaluations périodiques

ú   les informations des parents

ú   ….

N.B : ne pas se contenter d’un seul critère pour la constitution des groupes de besoins.

 

Qu’est-ce qu’un  groupe de besoins ? :

Ce sont les élèves qui rencontrent les mêmes difficultés dont les causes sont différentes. D’où la nécessité dans la remédiation d’adopter des itinéraires variés.

 

Ce qui doit être préparé :

1) Préalable : activités toujours différentes de celles qui ont été mise en œuvre lors des apprentissages avec tout le groupe classe et qui ont conduit à l’échec.

Qu’est ce que  des activités variées et différentes ?

-          supports différents

-          présentation différente

-          organisation classe différente : en individuel, en binôme, en petits groupes

-          déroulement différent

-          verbalisation de la part de l’élève de son cheminement d’apprentissage : l’élève prend la parole et explicite la démarche  dont il s’est servi pour tenter d’acquérir le nouveau savoir. Il prend ainsi conscience de sa difficulté et peut rechercher tout seul des solutions.

N.B : l’apprenant peut recourir à sa langue maternelle pendant la verbalisation.

2) les activités :

- activités ludiques : plus motivantes et éloignées de ce que l’élève a l’habitude de voir en classe

- activités métacognitives : des moments de verbalisations sont indispensables

- des moments de confrontation des points de vue : chacun explique comment il se représente telle ou telle activité et chacun apprend de l’expérience de l’autre

- valorisation des productions des élèves.

3) Organisation :

- Lieu : à l’école dans une salle appropriée

- enseignant concerné : enseignant de la classe

- Matériel : en fonction des objectifs (tout le matériel qui peut favoriser l’implication des élèves et faciliter les apprentissages. (Matériel audio/vidéo…)

- les autres élèves : les élèves non concernés par la remédiation sont libérés    

- Implication des parents : dédramatiser la remédiation en annonçant prioritairement les objectifs plutôt que les difficultés de leurs enfants.

 

Remarque

-          Dans un premier temps évaluation diagnostique

-          Formuler les objectifs

-          Rendre l’apprenant conscient des stratégies qu’il utilise

-          Travail sur l’amélioration des stratégies articulé sur la maîtrise de la compétence sous-jacente (verbalisations, confrontations) croisé avec la consolidation de techniques.

-          A mi-parcours se mettre en perspective de la fin de la remédiation : faire le point par rapport aux objectifs à atteindre et à ce qui a été fait, prendre la mesure de ce qui reste à faire è temps fort pour réactiver la dynamique.

-          Dernière séance : bilan et mise en perspective. A noter que des activités de métacognition sont à conduire à chaque séance.

Pour le tableau du scénario, on pourra s’inspirer du tableau précédant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Communication aux parents

 

Comment présenter la remédiation aux parents ?

En référence à la loi d’orientation sur l’éducation nationale du 23 janvier 2008 notamment les articles n°25 n°26 se rapportant à la participation directe des parents d’élèves à la vie scolaire et à la contribution à l’amélioration des conditions de scolarité de leurs enfants (art.25).

 

Le parent d’élève est un partenaire essentiel dans la mise en place de la remédiation pédagogique.

A l’instar de toutes les activités qui s’organisent au sein de l’école, la remédiation pédagogique intéresse également les parents d’élèves. Aussi, on ne peut pas faire de la remédiation pédagogique sans leur implication dans le processus :

  • Lors de réunions périodiques,   parents et enseignants participent  au suivi des évolutions dans les apprentissages de leurs enfants.
  • L’équipe pédagogique peut, dès l’apparition de difficultés d’apprentissage, informer les parents et  prendre en charge les élèves lors de séances de remédiation. Il s’agit d’éviter leur accumulation  de difficultés.
  • Lors de séances de réception de parents d’élèves.

Support de communication :

ú  Carnet de correspondance

ú  Portfolio d’apprentissage de l’élève.

ú  Grilles d’évaluation

ú  Relevés de notes.

ú  Courts messages à inscrire à la fin du cahier de l’élève.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Diana et Thierry |
La Coquelicote |
lilicorentin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dididoune
| Un grain de sable dans le d...
| LUNA