RSS

La pédagogie à l’école des différences Fragments d’une sociologie de l’échec

2 avril 2014

PEDAGOGUE

Perrenoud, Philippe

La pédagogie
à l’école des différences
Fragments d’une sociologie de l’échec

Paris, ESF, 1995, 2e éd. 1996.

Résumé de l’ouvrage

En 1966, Bourdieu expliquait comment, par son indifférence aux différences, l’école transforme en inégalités d’apprentissage et de réussite scolaires les inégalités initiales devant la culture. Au même moment, Bloom proposait une pédagogie de maîtrise fondée sur des objectifs clairs, une évaluation formative et un ajustement des situations didactiques aux acquis des élèves. Ces analyses l’affirmaient déjà : l’échec scolaire n’est pas une fatalité ! Thèse reprise par le CRESAS en 1978, au moment où les pédagogies compensatoires ou de soutien évoluaient vers des pédagogies différenciées. Au début des années 1990, on parlait d’individualisation des parcours de formation, plusieurs pays introduisaient les cycles pédagogiques, des modules et d’autres structures souples, destinées à faire face aux différences.

Le système scolaire n’est donc pas immobile, l’enseignement frontal n’est plus à l’honneur, on sait désormais qu’on pourrait amener beaucoup d’enfants et d’adolescents à maîtriser davantage de connaissances, à construire plus de compétences. Mais on se heurte aux limites d’une organisation scolaire pensée à une autre époque, pour laquelle rompre avec l’indifférence est toujours une exception, une entreprise marginale, un risque d’injustice, de désordre ou de complication administrative.

Reprenant et prolongeant des textes écrits de 1981 à 1994, l’ouvrage ne propose aucune formule idéale. Parce qu’il n’en existe pas. Il se propose plutôt, à partir d’une sociologie de l’action pédagogique et de l’organisation scolaire, d’enrichir les outils d’analyse et d’action des acteurs aux prises avec les différences sur le terrain, au jour le jour, et qui cherchent à construire des dispositifs permettant de les respecter et de ne pas les transformer en inégalités.

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

3 Réponses à “La pédagogie à l’école des différences Fragments d’une sociologie de l’échec”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Pédagogies différenciées
    Toute situation didactique proposée ou imposée uniformément à un groupe d’élèves est inévitablement inadéquate pour une partie d’entre eux. Pour quelques uns, elle est trop facilement maîtrisable pour constituer un défi et provoquer un apprentissage. D’autres élèves, au contraire, ne parviennent pas à comprendre la tâche, donc à s’y impliquer. Même lorsque la situation est en harmonie avec le niveau de développement et les capacités cognitives des élèves, elle peut leur sembler dénuée de sens, d’enjeu, d’intérêt et n’engendrer aucune activité intellectuelle notable, donc aucune construction de connaissances nouvelles, ni même aucun renforcement des acquis. D’où une définition possible de la différenciation de l’enseignement : différencier, c’est organiser les interactions et les activités de sorte que chaque élève soit constamment ou du moins très souvent confronté aux situations didactiques les plus fécondes pour lui.

    Comment atteindre cet idéal ? Distinguons d’abord deux cas de figures, selon qu’on vise ou non les mêmes types de maîtrises chez tous les élèves :

    si l’on vise les mêmes maîtrises, les élèves suivront sinon un curriculum unique, du moins des chemins conduisant en principe aux mêmes compétences ; je parlerai alors de différenciation restreinte ;
    si l’on ne vise pas les mêmes maîtrises, on répartira en général les élèves en filières, groupes de niveaux, ou cours à options, dotés chacun d’un curriculum spécifique ; je parlerai alors de différenciation étendue.
    J’ai discuté ailleurs [Perrenoud, 1991 d] des limites de la diversification des formes d’excellence et des effets pervers possibles de la différenciation étendue. Je m’en tiendrai ici à la problématique de la différenciation restreinte, dans le cadre d’objectifs communs. En soulignant cependant d’emblée :

    qu’elle ne condamne pas à l’uniformité des contenus ; on peut atteindre les mêmes maîtrises par des itinéraires divers ; la différenciation restreinte porte donc sur le curriculum comme suite d’expériences formatrices ;
    qu’elle voue moins encore à l’uniformité des rythmes de progression, des démarches et des contrats didactiques ;
    qu’elle ne veut donc pas dire  » plus du même « , ne se borne pas au soutien ou aux remédiations classiques ;
    qu’elle n’est pas davantage synonyme d’individualisation de l’enseignement ; certes, il n’y a pas de différenciation sans gestion plus individualisée des processus d’apprentissage ; cela ne signifie pas que les élèves travaillent seuls ou face au maître seulement, mais que les régulations et les parcours sont individualisés ;
    enfin, qu’elle ne peut être enfermée dans aucune méthodologie, aucune classe d’âge, aucune catégorie de contenus ou de maîtrises.
    La différenciation de l’enseignement doit rester un paradigme général, donc assez abstrait, détaché de telle ou telle modalité de réalisation. S’il fallait le caractériser globalement, on pourrait dire qu’il s’agit de rompre avec l’indifférence aux différences analysée par Bourdieu [1966], donc de neutraliser l’un des principaux mécanismes de fabrication de l’échec scolaire [Perrenoud, 1989 c].

    Bloom [1972, 1979] a proposé un modèle particulier de pédagogie différenciée, la pédagogie de maîtrise [Huberman, 1988]. On peut discuter des théories de l’apprentissage, de l’évaluation, de l’enseignement qui sous-tendent les premiers travaux de Bloom. Avec Allal [1988 a], je plaiderai pour un élargissement de la pédagogie de maîtrise, avec Rieben [1988] pour une approche plus constructiviste de l’apprentissage. Ces divergences théoriques n’autorisent pas à rejeter le paradigme général d’une régulation individualisée des processus et itinéraires d’apprentissage.

    Selon les moyens dont on dispose, le niveau du cursus où on travaille, les degrés de liberté consentis par l’institution, l’échelle à laquelle on agit (classe, équipe, établissement, système), le credo pédagogique et les théories dont on se réclame, on peut tenter de concrétiser la différenciation de l’enseignement de manières très diverses. On connaît des tentatives très techniques (objectifs, grilles critériées, régulations précises), d’autres proches de l’école active (autoévaluation, autonomie, pédagogie du projet) ; des tentatives qui se réclament de la pédagogie de maîtrise ou des pédagogies par objectifs, d’autres qui s’en démarquent vigoureusement ; des tentatives marginales, d’autres cautionnées à large échelle par l’institution.

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Perrenoud, Philippe
    La pédagogie
    à l’école des différences
    Fragments d’une sociologie de l’échec
    Paris, ESF, 1995, 2e éd. 1996.

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    Philippe PERRENOUD

    Philippe Perrenoud, sociologue, est né en 1944 en Suisse. Docteur en sociologie et anthropologie, il est professeur ordinaire à l’Université de Genève, dans le champ du curriculum, des pratiques pédagogiques et des institutions de formation. Il co-anime le Laboratoire de recherche sur l’innovation en formation et en éducation (LIFE : http://www.unige.ch/fapse/SSE/groups/life). Ses travaux sur la fabrication des inégalités et de l’échec scolaire l’ont conduit à s’intéresser au métier d’élève, aux pratiques pédagogiques, à la formation des enseignants, au curriculum, au fonctionnement des établissements scolaires, aux transformations du système éducatif et aux politiques de l’éducation.

    Outre de nombreux articles (voir http://www.unige.ch/fapse/SSE/teachers/perrenoud/), il a publié une quinzaine de livres :

    La fabrication de l’excellence scolaire : du curriculum aux pratiques d’évaluation. Genève, Droz, 1984, 2 e éd. augmentée 1995.

    Entre parents et enseignants : un dialogue impossible ?. Berne : Lang, 1987, 2 e éd. 1994 (en coll. Avec Cléopâtre Montandon).

    La formation des enseignants entre théorie et pratique. Paris : L’Harmattan, 1994.

    Métier d’élève et sens du travail scolaire. Paris : ESF, 1994, 3 e éd. 1996, 4e éd. 2000.

    La pédagogie à l’école des différences. Paris : ESF, 1995, 2 e éd. 1996.

    Enseigner : agir dans l’urgence, décider dans l’incertitude. Savoirs et compétences dans un métier complexe. Paris : ESF, 1996, 2e éd. 1999.

    Pédagogie différenciée : des intentions à l’action. Paris : ESF, 1997, 2e éd. 2000.

    Construire des compétences dès l’école. Paris : ESF, 1997, 3e éd. 2000.

    L’évaluation des élèves. De la fabrication de l’excellence à la régulation des apprentissages. Bruxelles : De Boeck, 1998.

    Dix nouvelles compétences pour enseigner. Invitation au voyage, Paris : ESF, 1999, 3e éd. 2002.

    Développer la pratique réflexive dans le métier d’enseignant. Professionnalisation et raison pédagogique. Paris : ESF, 2001.

    Les cycles d’apprentissage. Une autre organisation du travail pour combattre l’échec scolaire. Sainte-Foy : Presses de l’Université du Québec, 2002.

    Porquê construir competências a partir da escola ? Desenvolvimento da autonomia e luta contra as desigualdades. Porto : ASA Editores, 2001.

    Aprender a negociar a mudança em educação. Novas estrategias de inovação. Porto : ASA Editores, 2002.

    A escola e a aprendizagem da democracia. Porto : ASA Editores, 2002.

    As Competências para Ensinar no Século XXI. A Formação dos Professores e o Désafio da Avaliação. Porto

    Alegre (Brasil) : Artmed Editora, 2002 (en coll. avec Monica Gather Thurler, Lino De Macedo, Nilson José Machado, N.J. et Cristina Dias Allessandrini).

    L’école est-elle encore le creuset de la démocratie ? Lyon : Chronique Sociale, 2003.

    Il a également co-édité de nombreux ouvrages collectifs, parmi lesquels :

    La langue française est-elle gouvernable ? Normes et activités langagières. Neuchâtel & Paris : Delachaux & Niestlé, 1988 (édité en coll. avec Gilbert Schoeni, et Jean-Paul Bronckart).

    Qui maîtrise l’école ? Politiques d’institutions et pratiques des acteurs. Lausanne, Réalités sociales, 1988 (édité en coll. avec Cléopâtre Montandon).

    L’évaluation formative dans un enseignement différencié. Berne, Lang, 1979, 7e éd. 1991 (édité en coll. avec Linda Allal et Jean Cardinet).

    Qui définit le curriculum, pour qui ? Cousset (Suisse), Delval, 1990 (édité en coll. avec Jean-François Perret).

    Parole étouffée, parole libérée. Fondements et limites d’une pédagogie de l’oral. Neuchâtel & Paris : Delachaux & Niestlé, 1991 (édité en coll. avec Martine Wirthner et Daniel Martin).

    Évaluation formative et didactique du français. Neuchâtel & Paris : Delachaux & Niestlé, 1993 (édité en coll. avec Linda Allal et Daniel Bain).

    Former des enseignants professionnels. Quelles stratégies ? Quelles compétences ? Bruxelles, De Boeck, 1996, 3e éd. 2000 (édité en coll. avec Léopold Paquay, Marguerite Altet et Evelyne Charlier).

    Formateurs d’enseignants. Quelle professionnalisation ?, Bruxelles, De Boeck, 2002 (édité en coll. Avec Léopold Paquay et Marguerite Altet).

    Site Internet personnel : http://www.unige.ch/fapse/SSE/teachers/perrenoud/

    Laboratoire de recherche sur l’innovation en formation et en éducation : http://www.unige.ch/fapse/SSE/groups/life

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Diana et Thierry |
La Coquelicote |
lilicorentin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dididoune
| Un grain de sable dans le d...
| LUNA